Résultats de la semaine

16-11-17
16-11-17
16-11-17

Le sevrage, une période charnière

La manière et le moment de sevrer un poulain ont d'importantes répercussions. (Crédit : G. Colinet)
La manière et le moment de sevrer un poulain ont d'importantes répercussions. (Crédit : G. Colinet)

L'hiver approche, et avec lui, de très nombreux élevages pratiquent déjà le sevrage des poulains de l'année. Une scientifique américaine partage ses observations au sujet de ce moment clé dans la vie d'un poulain, mais aussi de sa mère.

Les éleveurs professionnels ou les particuliers ayant fait pouliner leurs juments ont généralement l'embarras du choix concernant le sevrage des poulains qu'ils ont fait naître. Bien que cette période cruciale soit parfois sous-estimée, elle jouera un rôle décisif dans la vie du futur cheval, quelle que soit la vie qui lui sera offerte.

Amanda Adams, chercheuse à l'Université du Kentucky, USA, a cherché à mettre en avant les différents facteurs de stress afin de rendre le sevrage le plus facile possible pour la mère et sa progéniture. La scientifique insiste sur le nombre de changements qui opèrent généralement en même temps lors du sevrage : la séparation maternelle, le changement d'environnement et d'alimentation sont les plus stressants pour le poulain.

Suite à cela, le petit va beaucoup vocaliser, se déplacer, avoir un rythme cardiaque rapide, sécréter du cortisol et va perdre en appétit, ce qui va limiter sa prise de poids pendant un moment. Durant cette période, certain poulains peuvent également souffrir d'infections gastro-intestinales et respiratoires.

En dehors de la question essentielle de l'âge du sevrage, il peut être utile de se questionner sur l'état émotionnel du poulain et sur le nombre de changements brusques qu'il aura à vivre en une fois. Introduire progressivement les changements, un par un, lorsque la mère est encore à ses côtés pourrait grandement atténuer le processus et diminuer les facteurs de stress.