Quels facteurs prédisposent les coliques ?

Crédit photo : decade3d/Adobe Stock
Crédit photo : decade3d/Adobe Stock

Dans le numéro d’octobre de Léquimag, nous vous présentons le système digestif du cheval et son principal ennemi : la colique. En complément à cet article, voici quelques informations et conseils.

Le cheval, de par la nature de son système digestif, est relativement prédisposé aux coliques. Tout d’abord car ses dents sont constamment en croissance et qu’il est nécessaire que l’usure des tables dentaires soit correcte pour une bonne mastication. Parce que son estomac est proportionnellement petit et qu’il nécessite des vidanges régulières. Parce que ses contractions intestinales sont puissantes. Parce qu’il ne possède pas de vésicule biliaire, ce qui fait de lui un animal doté d’une hypersensibilité neurosensorielle, qui le rend très susceptible au stress et à la peur. Il n’est d’ailleurs pas rare qu’un cheval fasse des coliques de stress suite à un épisode traumatisant ou un accident.

En veillant à apporter du fourrage de qualité en suffisance, en entretenant bien ses dents et en faisant des transitions alimentaires lentes, vous limiterez les risques de coliques pour votre cheval. Nous insistons également sur l’importance de l’eau, surtout en hiver. Pour augmenter sa consommation, n’hésitez pas à y ajouter un peu de jus de pomme pour stimuler la soif. En hiver, veillez si possible à lui procurer de l’eau tiède, que ce soit en la changeant régulièrement, ou en vous équipant d’un abreuvoir chauffant.

Vous souhaitez retrouver notre dossier sur les coliques ? Commandez en ligne Léquimag N°101 - Octobre 2018 en cliquant ici