Comment choisir sa selle ?

comment choisir sa selle (Crédit photo: Christophe Bortels)

Comment choisir sa selle ? A quoi faut-il faire attention pour garantir le confort de votre cheval ? Quels sont les signes d'une selle mal adaptée ? A qui m'adresser pour un conseil ? Voici autant de questions auxquelles nous avons tenté de répondre dans ce dossier.

 

1/ Qu'est-ce qu'une selle bien adaptée ?

En fonction de sa discipline, le cavalier a le choix entre plusieurs modèles de selles : dressage, obstacle, cross, endurance, polo ou encore course. Selle en cuir synthétique ou avec différents cuirs : grainé, en doublé veau ou buffle. Reste ensuite à choisir la marque de la selle. Mais gardez à l'esprit qu’il n’est pas essentiel de dépenser des milliers d'euros pour une selle adaptée. Néanmoins, concentrez-vous sur un point : assurez-vous que la selle est adaptée à votre monture.

La différence de prix correspondant plus à la qualité du cuir, de l’arçon et de la fabrication de la selle.

ATTENTION :  toutes les marques de selle ne sont pas adaptables sur votre cheval. Beaucoup de marques sont fabriquées de façon standard. Donc, vous n’aurez pas la possibilité d’adapter les panneaux de votre selle en fonction de votre cheval.

Tout d’abord, la selle doit être équilibrée sur le dos du cheval. C’est-à-dire que le siège doit être parallèle au sol lorsqu'il est placé juste derrière la pointe de l’omoplate. Dans cette position, la selle permet à sa monture une meilleure mobilité.

Le poids de la selle doit être réparti de manière homogène. Pour cela, les matelassures doivent être en contact avec le dos du cheval. La selle ne doit en aucun cas toucher la colonne vertébrale et le garrot du cheval. Les selles avec une gouttière étroite sont généralement à proscrire, car elles ne permettent pas le dégagement de la colonne. Le cavalier doit être en mesure de passer 2 à 3 doigts entre le garrot et la selle. Les régions du garrot et des épaules laisseront suffisamment de liberté de mouvement au cheval.

La selle ne doit pas être trop longue sur le dos du cheval. La limite est la dernière côte de l'animal. Un cavalier qui a besoin d'une grande selle sera donc incompatible avec une monture au dos court.

 

2/ Comment prendre les mesures d'une selle ?

  1. Les mesures d’une selle se prennent toujours d’abord sans tapis cheval sanglé.
  2. Ensuite avec le cavalier sur la selle.
  3. Et pour terminer avec un tapis et au travail.

La morphologie du cheval sera analysée de façon à bien étudier l’équilibre de la selle.

(Crédit photo: Christophe Bortels)
(Crédit photo: Christophe Bortels)

 

3/ Quels sont les signes d’une selle mal adaptée ?

Un cheval qui devient anormalement lourd en main et qui arrache les rênes peut révéler une selle trop large devant. Celle-ci s'enfonce alors dans le garrot et provoque des douleurs, des blessures, ou même des fontes musculaires derrière les omoplates.

Tout le poids du cavalier est déporté vers l’avant et il ne sera donc plus en équilibre. Le cheval ne pourra plus lever le garrot et engager ses antérieurs. Cela va provoquer une surcharge de ces derniers et pourra mener jusqu'à des tendinites. Voire une atrophie musculaire.

Un cheval qui creuse le dos, ou qui a tendance à ruer et à se défendre, a peut-être une selle trop étroite. Celle-ci va créer des surpressions à l'arrière de son dos. Cette surcharge peut mener jusqu’à une atrophie musculaire.

Tout le poids du cavalier va se porter vers l’arrière de la selle, il aura ses jambes en avant et ne sera plus assis sur ces articulations.

Il est également important d’adapter la selle au cavalier. Le siège sera à votre taille de façon à ce que les hanches du cavalier soient bien engagées et le bassin bien en avant. Il faudra une paume de main entre l'arrière de la selle (troussequin) et le bas du dos du cavalier. Ceci permettra au cavalier d’être bien centré. Mais aussi de bien répartir le poids du cavalier de façon homogène. Si le siège est trop petit, le cavalier ira se positionner à l’arrière du siège. Automatiquement, le poids du cavalier va faire des points de pression et creuser le dos de son cheval.

La taille des quartiers a également son importance. Le quartier sera en fonction de la longueur du fémur du cavalier et de la longueur des étrivières. En effet, si le quartier est trop étroit, le cavalier va se pousser vers l’arrière de la selle et celui-ci va créer des point de pressions. Si le quartier est trop court, les bottes ou chaps risquent de se coincer dans le bas de quartier.

Il est donc important que le cavalier soit bien assis sur ses articulations et au centre de sa selle. La jambe sous ou derrière le taquet avant et le taquet arrière derrière le mollet du cavalier.


(Crédit photo: Christophe Bortels)

 

4/ Qui peut me conseiller ?

Les personnes de conseil aident les cavaliers au moment de l’achat de leur selle mais aussi durant son utilisation. Le but est que la selle soit parfaitement adaptée au cheval et au cavalier. Il est important que les selles soient régulièrement vérifiées. N’oubliez pas que les chevaux évoluent, soit par le travail, le repos, ou même suite à des arrêts pour blessure ou maladie.

Vous pouvez donc faire appel aux selliers d’expérience dans ce domaine (renseignez-vous autour de vous). Vous pouvez également faire appel aux ostéopathes, vétérinaires et selliers. Ils sont de plus en plus nombreux à sensibiliser les cavaliers à l’importance d’une selle adaptée.


(Crédit photo: Christophe Bortels)

 

5/ Comment bien choisir ses accessoires ?

Une selle bien adaptée peut-être gâchée par de mauvais accessoires. Par exemple, certaines sangles entraînent des pressions supplémentaires. Il ne faut pas nécessairement opter pour des sangles anatomiques. Toutefois, mieux vaut déjà limiter les déséquilibres en évitant les sangles possédant des élastiques d’un seul côté.

Concernant les tapis de selle, ils devront être :

  • plats si la monture a peu de garrot
  • ou dégagés si au contraire il possède un garrot plus marqué.

Les amortisseurs, quant à eux, font souvent débat. Plusieurs études ont démontré qu’ils pouvaient créer des pressions supplémentaires et donc être plus néfastes qu'utiles. Un amortisseur doit avant tout améliorer la répartition du poids de la selle. Il doit aussi dégager la colonne vertébrale et ne peut en aucun cas presser le garrot. Le mieux reste de fonctionner au cas par cas. Interrogez-vous sur les raisons pour lesquelles on emploie ce type d’équipement...

 

Comment choisir sa selle?

Nous espérons que ce dossier vous aidera à bien choisir votre selle. N'hésitez pas à nous contacter si vous avez la moindre question :)

Wallonie Equestre Event